Skip to Content

actualité | 01 Décembre 2010 | Cambodge | Réhabilitation

Un combat pluriel contre le VIH/SIDA

Les équipes d’ACTED - PSF apportent un soutien à 41 structures sanitaires © ACTED 2010

ACTED – PSF se mobilise auprès des systèmes de santé et pharmaceutiques dans les pays du Sud afin d’apporter une réponse durable aux affections et maladies comme la tuberculose, la malaria ou le VIH/SIDA.

L’intervention des équipes d’ACTED - PSF au Cambodge prend ainsi ses racines dans un engagement historique contre le VIH/SIDA dans le pays depuis 1991 et les premiers programmes de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et la prévention du VIH/SIDA. ACTED - PSF soutient le programme national contre le VIH/SIDA dans la gestion logistique des antirétroviraux et des médicaments contre les infections.

L’objectif des programmes de prévention du VIH à Phnom Penh est l’amélioration de la santé des travailleurs du sexe, directs et indirects, des femmes vulnérables, des toxicomanes, des jeunes et des homosexuels. Les équipes d’ACTED-PSF sont notamment mobilisées sur les stratégies suivantes : la modification des comportements auprès des travailleurs du sexe et des clients masculins qui met l’accent sur la réduction des risques et la promotion de pratiques sexuelles sûres ; la promotion et le développement de l’accès à l’information, produits et services sanitaires (consultations, assistance et test confidentiels bénévoles) auprès des populations à risque; la création d’un environnement de soutien pour les travailleurs du sexe ; et le soutien des compétences de l’organisation partenaire, des volontaires et des employés gouvernementaux concernés pour la planification, la coordination, la mise en œuvre, la gestion et le monitoring du programme.

ACTED - PSF assure l’accès à l’information, produits et services sanitaires.Dans le cadre des programmes, 192 éducateurs (collègues des travailleurs du sexe) ont été formés par ACTED - PSF jusqu’à présent. Ils informent les publics dans des situations à haut risque des risques de santé liés à leur profession, en mettant l’accent sur la prévention du VIH et l’utilisation des préservatifs. Cette éducation informelle permet de toucher les populations de la campagne qui sont d’autant plus touchées par les risques de santé dû à leur isolation.

Les équipes d’ACTED - PSF apportent un soutien à 41 structures sanitaires qui délivrent les traitements antirétroviraux aux patients atteints du SIDA dans 22 des 24 provinces que compte le pays. Ce projet permet de former les pharmaciens et le personnel médical en charge de la gestion et dispensation des médicaments dans les hôpitaux de référence, sur la gestion de leur stock, la préparation des commandes, la mise en place de procédures de suivi, et sur les conseils et l’information aux patients.

Ces programmes d’accompagnement et de formation au niveau local sont associés à une stratégie d’assistance technique au programme national de lutte contre le VIH/SIDA dans la mise en place d’un système d’approvisionnement pérenne et le monitoring des activités : qualité des diagnostics, respect des protocoles, de la prise en charge, de l’accueil, de la collecte de données, etc.

Cette expérience permettra à ACTED - PSF d’explorer dans le futur les besoins des populations ciblées (les travailleurs du sexe, les travailleurs dans les usines textile, les enfants et jeune vulnérables) autres que ceux liés à la santé. Parmi les problématiques envisagées : la violence contre les femmes, l’accès au microcrédit et à la formation professionnelle, ainsi que le travail des enfants.

33,4 millions de personnes vivent avec le VIH de par le monde.

Le SIDA demeure une priorité sanitaire mondiale majeure. En dépit des progrès importants réalisés en matière de prévention des nouvelles infections au VIH et de diminution du nombre des décès annuels liés au SIDA, le nombre des personnes vivant avec le VIH continue d’augmenter. Les maladies associées au SIDA restent l’une des premières causes de décès dans le monde.

L’accroissement ininterrompu de la population des personnes vivant avec le VIH traduit les effets combinés du taux toujours élevé des nouvelles infections par le VIH mais aussi de l’impact positif des thérapies antirétrovirales. En décembre 2008, approximativement 4 millions de personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire recevaient un traitement antirétroviral         — soit une proportion multipliée par dix en cinq ans, selon l’OMS.

Même si le SIDA ne représente plus un nouveau syndrome, la solidarité dans la réponse qui lui est apportée demeure une nécessité.

Le point sur l’épidémie du SIDA, décembre 2009 (ONUSIDA et OMS)