Skip to Content

actualité | 18 Septembre 2017 | Tadjikistan | Réhabilitation

À Bobuchak, des villageois mieux préparés aux catastrophes

Protection des berges dans le village de Bobuchak

Ou l’histoire d’une communauté pionnière dans le domaine des mesures palliatives face aux risques de catastrophe

Bobuchak, un petit village montagnard de 513 habitants dans le bassin versant de la rivière Ak-Suu au Tadjikistan, à 1799 mètres d’altitude, serait, d’après les résultats d’une évaluation des risques de catastrophe menée par ACTED, particulièrement menacé par les risques de coulées de boue. Chaque année, les coulées de boue causent d’importants dommages aux familles, aux infrastructures communautaires et au bétail.

En partenariat avec HELVETAS et l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ), ACTED a opté pour une démarche originale de prévention et de réduction des risques de catastrophe.

Dans le cadre d’un projet de gestion des ressources naturelles, ACTED, HELVETAS et GIZ ont mis en place une approche communautaire pour une gestion améliorée des bassins versants et ainsi réduire les risques de catastrophe. ACTED a ainsi organisé une série de formations destinées aux villageois et impliqué les villageois dans des travaux de restauration pour mettre en pratique les compétences et les connaissances acquises lors des formations. Ces activités ont permis de mettre en place les mesures d’atténuation des risques prévues par le projet, employant des moyens simples et peu coûteux.

L’implication directe des populations, gage de réduction durable des risques de catastrophe

En avril 2016, les habitants de Bobuchak ont créé une palissade naturelle composée de végétaux autochtones et d’arbustes, comme des ormes et des églantiers. La palissade végétale est irriguée grâce à des réservoirs d'eau spécialement installés pour cette fonction, pour contrer le manque d’eau dans le village. Les membres de la communauté se sont occupés directement des travaux, en se servant de matériel facile d’accès dans le village comme des pierres, des plantules, des arbustes ou du fil de fer. En outre, une organisation communautaire a cherché à impliquer les écoliers du village dans des activités de jardinage et d'arrosage, permettant aux enfants d’observer le processus de restauration et ainsi de comprendre les causes des coulées de boue. Ces activités engendrent une prise de conscience de la bonne et mauvaise exploitation des ressources naturelles.

Mais les mesures palliatives mises en place jusqu’à maintenant ne suffisent pas à réduire durablement les risques de coulée de boue dans le village, et les interventions d’atténuation des risques doivent être effectuées sur une base annuelle pour éviter que les débris emportés par les coulées de boue n’ensevelissent tout. Ainsi, pour consolider ces premières mesures, et sur une évaluation approfondie de la situation, ACTED a mis en place en août 2016 deux projets d'atténuation supplémentaires visant à protéger les berges de la rivière et à réhabiliter les canaux d’écoulement. Ces mesures ont permis de réduire les risques de catastrophe et d’atténuer durablement les risques encourus par une centaine de familles, des écoles, un centre médical, un salon de thé et une mosquée.

L’implication directe de la population locale dans les processus de réduction des risques est déterminante : elle permet de comprendre les risques et leurs causes, et d’agir en conséquence. Pourquoi les coulées de boue impactent-elles le village un peu plus chaque année ? Quelles en sont les principales causes ? Quelles solutions pour réduire les risques de catastrophe ? La participation directe de la population locale, et particulièrement des femmes, des adolescents et des personnes âgées, à la mise en œuvre du projet a été essentielle pour renforcer les capacités des membres de la communauté en matière de réduction des risques de catastrophe.

La mise en œuvre de projets d'atténuation intégrés à Bobuchak a permis à ACTED de réduire la vulnérabilité de ses habitants, mais aussi de créer un modèle inspirant d’activités de restauration pour les villages voisins présentant un risque similaire ou élevé de catastrophe.