Skip to Content

actualité | 07 Août 2017 | Sénégal | Réhabilitation

Avancer vers une agriculture axée sur la nutrition grâce aux Relais Communautaires

Formation de 14 nouveaux RC sur les bonnes pratiques culturales, par le chef de service départemental du développement rural de Ranérou, ACTED et la FAFD – ACTED, 2017

Marie-Elodie, volontaire de l’Aide de l’Union Européenne avec ACTED au Sénégal depuis décembre 2016, est en charge d’un projet de sécurité alimentaire. Dans ce cadre, elle a organisé avec ses partenaires locaux la formation de Relais Communautaires, dont le rôle est de renforcer la capacité productive des agriculteurs de leur zone d’action, en les incitant à cultiver des variétés variées et nutritives.

Depuis plusieurs années maintenant, la région de Matam apparaît comme une des zones les plus touchées par l’insécurité alimentaire au Sénégal. Les populations les plus vulnérables y subissent des périodes de soudure de longue durée (mai/juin – septembre), du fait de l’épuisement prématuré de leurs réserves alimentaires. En effet, les productions agricoles sont souvent déficitaires et ne permettent pas de couvrir les besoins alimentaires des ménages. La limitation des connaissances et des compétences techniques constitue un des principaux facteurs responsables des difficultés de production. De plus, les populations ne diversifient que très peu leur alimentation, ce qui amplifie la dégradation de leur état nutritionnel.

Afin que les populations puissent renforcer leur capacité productive, ACTED, grâce au financement de l’Union européenne et avec le soutien de son partenaire local, la Fédération des Associations du Fouta pour le Développement (FAFD), a décidé de renforcer les compétences de Relais Communautaires (RC) déjà en activité dans la zone et de développer les connaissances de ceux souhaitant s’investir dans ce rôle dans le reste de la région.

Mais qu’est-ce qu’un RC ?

Un RC est une personne désignée par sa communauté pour renforcer les capacités techniques des producteurs bénéficiaires du projet et pour les accompagner tout au long de l’année. Il a été élu lors d’assemblées villageoises car il possède la confiance de la communauté et répond à certains critères nécessaires à la bonne conduite de son entreprise : alphabétisé, disponible, ayant une bonne connaissance de la zone et de ses habitants, producteur, ayant des qualités de communication, ouvert aux innovations …

Quels sont les rôles d’un RC ?

Un RC est donc un volontaire souhaitant être un moteur du développement dans ses villages d’action grâce au partage de ses connaissances. De ce fait, il doit être capable de :

• Conseiller les producteurs tout au long des campagnes agricoles pluviales ou de contre-saison,

• Leur montrer au champ les bonnes pratiques,

• Les orienter vers les variétés les plus adaptées aux diverses contraintes locales,

• Favoriser le partage de connaissance grâce à l’organisation de focus groupe.

Quel est la mission d’ACTED auprès de ces RC et des ménages vulnérables de la zone ?

Le projet d’ACTED et de ses partenaires dans la région de Matam a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages les plus vulnérables de la zone. Afin de favoriser la durabilité de son action, l’ONG a souhaité baser l’ensemble de son intervention sur le renforcement des ressources locales. C’est pourquoi elle a organisé avec la FAFD et en partenariat avec les services techniques départementaux des formations visant à développer les connaissances des RC sélectionnés sur les bonnes pratiques culturales (préparation des sols, rotations, semis, entretien des cultures, récolte, conservation) en pluvial dans un premier temps et en maraîchage de contre-saison ensuite (techniques culturales, de tuteurage, intégration maraîchage-élevage). Cependant, l’équipe du projet souhaitait aussi que ces RC, qui sont des personnes ressources de la communauté, puissent favoriser le passage vers une agriculture plus nutritive afin de lutter contre les problèmes de malnutrition observés dans la zone. Dans ce cadre, les RC recevront aussi une formation en nutrition, pour qu’ils puissent acquérir des connaissances sur les besoins d’une alimentation diversifiée, la valeur nutritionnelle des différents produits, les systèmes de culture intercalaires et la biofortification et les techniques de conservation pour préserver la valeur nutritionnelle des aliments. L’objectif sera d’orienter les ménages vers des productions et des pratiques à haute valeur nutritionnelle. L’équipe du projet sera présente auprès de ces acteurs grâce à la présence de points focaux sur le terrain qui seront chargés de suivre leur évolution, de répondre à leurs questions et les conseiller tout au long de l’année.