Skip to Content

actualité | 19 Décembre 2016 | Niger | Urgence

Au Niger, eau, hygiène et biens essentiels pour vivre dignement

Plus de 16 800 personnes de la région de Diffa ont bénéficié d’une aide d’urgence en 2016 fournie par les équipes terrain d’ACTED Niger : les populations vulnérables de cette région située au sud-est du Niger ont pu bénéficier d’un meilleur accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, ainsi qu’aux biens non-alimentaires essentiels et à des abris d’urgence, notamment grâce au soutien du service de la Commission européenne à l'aide humanitaire et à la protection civile (ECHO).

La région de Diffa subit une crise humanitaire complexe. Depuis 2013, les attaques récurrentes perpétrées par Boko Haram au Nigeria, puis au Niger depuis 2015, ont provoquées des déplacements massifs de populations civiles. Aujourd’hui, ce sont plus de 240 000 personnes qui ont dû fuir leur maison à cause de l’insécurité, abandonnant, le plus souvent, tout derrière elles.

Plus de 30 sites d’intervention et près de 100 000 personnes soutenues par ACTED dans la région de Diffa en 2016.

Si au début de la crise, les communautés locales ont pu accueillir ces nouvelles populations dans leur environnement et leur apporter un soutien, la dégradation constante de la situation et le nombre croissant de déplacés a atteint les limites de la capacité d'accueil locale, rendant chaque jour la situation plus difficile pour les plus vulnérables.

L’eau et l’assainissement au cœur de notre réponse

Au Niger, les maladies liées à l’eau sont la troisième cause de mortalité infantile. C’est probablement pourtant la cause la plus facile à traiter et à réduire. En 2016, ACTED a mis en place plusieurs ouvrages hydrauliques pour fournir de l’eau à près de 6 000 personnes, avec le soutien d’ECHO. Ces installations ont permis aux populations déplacées et aux communautés hôte de boire une eau de meilleure qualité et de réduire la distance à parcourir pour la collecte de l’eau, limitant d’autant les risques liés aux déplacements des personnes chargées d’aller collecter de l’eau.

Avant l’intervention d’ACTED, plus de neuf personnes sur dix pratiquaient la défécation à l’air libre, pratique qui peut s’avérer très dangereuse puisqu’elle peut propager diarrhée et choléra. A l’issue du projet, seule une personne sur trois continue cette pratique. En soutenant 280 ménages particulièrement vulnérables à construire leur propre latrine et en impliquant l’ensemble des communautés, ce sont plus de 400 latrines qui ont été construites par les populations elles-mêmes, et qui sont aujourd’hui utilisées par les familles.

Une réponse multisectorielle et dans la durée

Plus de 11 000 personnes ont dû fuir les terres très fertiles des îles du Lac Tchad qu’ils travaillaient depuis des générations, à la suite d’attaques sur leurs villages. Ces agriculteurs ont tout laissé derrière eux en 2015 et n’ont bénéficié d’aucune aide humanitaire jusqu’à novembre 2016, date à laquelle ils ont reçu le soutien des équipes ACTED. Grâce au soutien d’ECHO, ACTED a pu soutenir près de 12 000 personnes avec du matériel de cuisine, des moustiquaires et des articles ménages de base pour que ces personnes puisse retrouver un semblant de vie normale. Plus de 2000 femmes ont également reçu des kits dignités afin de pouvoir maintenir un minimum d’hygiène durant leurs règles.

En 2017, les équipes d’ACTED sur le terrain s’efforceront chaque jour d’apporter leur assistance et soutien à ces familles vulnérables qui ont, pour certaines, tout perdu à cause des violences perpétrées dans cette région de Diffa aujourd’hui meurtrie.

 

Cet article couvre les activités d'aide humanitaire mises en oeuvre grâce au soutien financier de l'Union européenne. Les opinions susmentionnées ne doivent, en aucune façon, être considérées comme reflétant l'opinion officielle de l'Union européenne. La Commission européenne ne peut être tenue responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations contenues dans le présent article.