Skip to Content

actualité | 23 Février 2017 | Sud Soudan | Urgence

Agropastoralisme et résilience aux changements climatiques au Soudan du Sud

Monica, une bénéficiaire du projet de jardins d'ACTED, irrigue son potager avec un arrosoir distribué par ACTED - ACTED Sud Soudan, 2017.

Des milliers de personnes qui ont fui leurs foyers pendant les décennies de conflit qui déchirent le Soudan du Sud se retrouvent aujourd’hui sans abri et sans espoir, dans un pays affecté par des aléas naturels récurrents et par le changement climatique. La capacité de ces populations à faire face aux impacts climatiques se voit ainsi considérablement réduite.

Face aux sécheresses prolongées, aux pluies imprévisibles, aux inondations dévastatrices et aux routes et chemins coupés en conséquence, à des sources de revenu limitées, l’inflation et la dévaluation monétaire, les commerçants ont du mal à assurer l’approvisionnement, et les familles dépendent très largement de l’aide humanitaire pour se nourrir. La malnutrition touche de plus en plus de familles : quelque 4,8 millions de personnes sont confrontées à la pénurie alimentaire, et 15% de la population serait atteinte de malnutrition, voire 33% dans certaines régions, d’après les chiffres de l’UNICEF au Soudan du Sud.

L’adaptation au changement climatique dans le cadre du consortium BRACED : adapter l’agriculture et l’élevage, améliorer la gestion des ressources naturelles et diversifier les moyens d’existence

Les équipes d’ACTED au Soudan du Sud agissent contre l’insécurité alimentaire dans le cadre du consortium BRACED (Building Resilience and Adaptation to Climate Extremes and Disasters – Construire la résilience et l’adaptation aux phénomènes climatiques extrêmes et aux catastrophes), avec le soutien de DFID : avec le BRACED, ACTED, Concern Worldwide, la FAO, OXFAM et The Sudd Institute coopèrent pour construire la résilience des populations du Bahr el Gazal du Nord, du Warab et des Lacs aux inondations et aux sécheresses. Le projet permet de soutenir plus de 375 000 personnes.

Faire face aux aléas et construire la résilience aux changements climatiques pour renforcer les moyens d’existence

Le programme mis en œuvre par le consortium BRACED vise à renforcer les capacités des communautés agropastorales à mettre en œuvre des pratiques et techniques adaptées au changement climatique, à diversifier leurs sources de revenu et à anticiper et absorber les chocs, tant au niveau individuel que communautaire. L’objectif, avec ses activités, est avant tout de permettre à ces communautés de mieux identifier les risques et aléas, de les atténuer et d’améliorer les stratégies d’adaptation.

Avec le consortium BRACED, ACTED est intervenue depuis 2 ans dans l’état du Warab dans le cadre d’un projet de résilience. L’Etat de Warab est touché par les sécheresses récurrentes et les inondations qui ont un impact important sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des populations de la région.

Une réponse humanitaire à plusieurs niveaux pour améliorer la résilience aux changements climatiques

Depuis le début de l’année 2017, ACTED collabore avec 54 groupes d’écoles agropastorales et rurales, dont 27 groupes formés en 2016, 27 groupes d’associations villageoises d’épargne et de crédit et 7 comités de gestion des ressources naturelles. Le programme comprend plusieurs degrés de réponse :

- Améliorer les bonnes pratiques pour renforcer la gestion des ressources naturelles, en particulier les ressources foncières et forestières, afin d’améliorer la quantité et la qualité des pâturages, du bois de chauffage et de la collecte des fruits ;

- Former les populations vulnérables à de meilleures pratiques agricoles leur permettant d’acquérir de bonnes compétences agricoles pour améliorer la culture végétale et de protéger leurs biens, tout en veillant à ce que la productivité et les moyens de subsistance puissent résister aux stress et aux chocs induits par le changement climatique ;

- Fournir des services de vulgarisation pour aider les populations agropastorales à faire face aux inondations, aux sécheresses et à la désertification qui en résulte, entraînant des pertes de bétail ;

- Soutenir le financement rural en utilisant des modèles de réseaux villageois comme les écoles agropastorales et rurales, les exploitants agricoles communautaires, et les associations villageoises d’épargne et de crédit (VLSA) qui aident leurs membres à pratiquer des activités génératrices de revenus.

Le consortium BRACED travaille en collaboration avec les ministères gouvernementaux : le ministère de l’environnement en tant qu’agence centrale pour le changement climatique au Sud-Soudan ; Le ministère de l’agriculture et des forêts, en tant que ministère responsable de la sécurité alimentaire ; Et le ministère des affaires humanitaires et de la gestion des catastrophes, qui est en train d’élaborer la politique nationale sur la gestion des catastrophes et d’analyser les risques climatiques auxquels sont confrontés les Sud-Soudanais.

Adaptation des pratiques agricoles et leurs avantages : l’histoire de Monica

Monica est l’une des bénéficiaires des formations et activités du programme BRACED. Elle est membre de l’école agropastorale et rurale Guarria et d’une association villageois d’épargne et de crédit (VSLA). Elle nous a raconté son expérience des formations BRACED.

« Je suis vieille, mais je peux entendre et voir. J’ai appris beaucoup de choses de notre groupe, comme la plantation en rangées, la gestion d’une pépinière, la culture des légumes, l’irrigation à petite échelle, la lutte antiparasitaire et bien d’autres, je ne me souviens pas de tout.

Monica a appliqué les connaissances et les compétences qu’elle a apprises de son groupe pour mettre en place son propre potager près d’une source d’eau. Elle a reçu des outils d’ACTED tels que des arrosoirs et des houes à main, et des inondations et des graines résistantes à la sécheresse. Elle a planté du gombo, des tomates, des aubergines et d’autres légumes, et récolte maintenant ses productions agricoles qui lui permettent de générer un revenu propre.

« Comme vous pouvez le voir, j’ai des tomates que j’ai commencé à récolter et à vendre tous les jours. Et j’ai encore des jeunes tomates et d’autres légumes que je pourrai vendre dans les prochains jours. Les gens me sollicitent tous les jours pour acheter des tomates. Je viens de commencer à les vendre, et jusqu’à présent, j’ai déjà obtenu 1000 SSP (environ 10 $) et je l’attends à en obtenir plus. J’ai utilisé 500 SSP pour acheter de la nourriture et j’ai gardé le reste pour les urgences car je suis souvent malade. J’espère rejoindre le groupe d’épargne dès que mes économies augmenteront. Je continuerai à cultiver des légumes. C’est un travail très facile avec des retours rapides, puisque les légumes sont fortement demandés, particulièrement pendant la saison sèche, comme maintenant.