Skip to Content

actualité | 27 Mai 2016 | Sri Lanka | Développement

ACTED mène une évaluation des besoins auprès des cueilleurs de thé au Sri Lanka

Plantations de thé et cueilleurs, district de Nuwara Eliya - ACTED Sri Lanka, 2016

Quand on traverse les hauts plateaux du Sri Lanka, on est envoûtés par l’atmosphère enchanteresse et la beauté saisissante des plantations de thé à flanc de collines et leur belle couleur verte, entre le ciel bleu et la terre rouge.

Des générations de Tamouls indiens

En regardant de plus près, on remarque vite des petits points qui se meuvent dans ce paysage de rêve : les silhouettes des travailleurs des plantations, luttant pour rester debout sur les pentes, cueillant avec acharnement le thé qui a fait la renommée mondiale de Ceylon, tous les jours, pour à peine un penny. La population tamoule du nord, amenée au Sri Lanka depuis l’Inde pendant la période coloniale britannique, a travaillé ici pendant des générations, vivant dans des conditions très difficiles malgré des décennies de savoir-faire et d’engagement. À la fin des années 1980, ils ont commencé à se voir attribuer la nationalité sri-lankaise.

Un accès limité aux services publics de base

Résidant sur les terres où ils travaillent, les travailleurs des plantations et leurs familles dépendent de la juridiction d’administration immobilière qui leur fournit des baraquements en guise de logement, construits dans les années 1920. Ces baraques n’ont ni fenêtre, ni système de ventilation approprié. Souvent surpeuplées, elles offrent peu d’intimité à leurs occupants. Les services tels que la santé, l’éducation, l’approvisionnement en eau et l’assainissement fonctionnent mal, et le fait que les plantations soient loin, déconnectées des villes empêche les familles d’accéder aux services publics, concentrés dans les centres urbains. Les salaires sont faibles et les moyens de subsistances alternatifs rares, contribuant à une pauvreté généralisée chez les Tamouls indiens.

Une évaluation des besoins dans les provinces d’Uva et du Centre

Pour faire face aux défis auxquels sont confrontés les communautés vivant et travaillant dans les plantations de thé sur les hauts plateaux du Sri Lanka, ACTED et Handicap International mènent actuellement une évaluation détaillée des besoins, en lien avec les autorités locales, des organisations, des petites et moyennes entreprises et les communautés dans les provinces d’Uva et du Centre, ainsi que des discussions avec des ONG locales et internationales du secteur, et d’examens documentaires. En se prévalant de la stratégie d’investissement de l’Union européenne dans ce secteur, les deux ONG ont l’intention d’unir leurs ressources et leur expertise pour contribuer à la construction de moyens de subsistance plus inclusifs et de conditions de vie meilleures pour ces populations.