Skip to Content

28 000 personnes privées d’aide humanitaire à cause d’un niveau de violence jamais atteint contre les travailleurs humanitaires à Batangafo (RCA).

Bangui, 11 Septembre 2017 – Le Comité de Coordination des ONG Internationales en RCA condamne fermement l’attaque ciblée contre les acteurs humanitaires dans la ville de Batangafo, au nord du pays, jeudi 7 septembre 2017. L’extrême violence de cette énième attaque, notamment l’utilisation de lance-roquettes et d’armes automatiques à l’intérieur d’une base humanitaire, les menaces de mort dirigées contre les travailleurs humanitaires et le nombre d’assaillants (estimés à plus d’une centaine), ont conduit à la suspension indéterminée de l’aide et à l’évacuation du personnel de la quasi-totalité des ONG Internationales présentes dans la zone.

Cette nouvelle attaque, ciblée, menée contre les acteurs humanitaires a entrainé le pillage des biens des ONGI et la dispersion de la population déplacée ayant trouvé refuge auprès de ceux-ci. Les acteurs humanitaires ont dut abandonner leurs bases et leurs bénéficiaires afin de sauver leurs propres vies. Ces attaques, répétées depuis le 28 juillet dernier, ont entrainé un arrêt complet des activités de protection, de fourniture d’eau potable, de distribution de nourriture, d’abris d’urgence et de biens non-alimentaires, vitales à la survie d’une population de plus de 28.000 personnes.

Ce retrait démontre, encore une fois, un rétrécissement de l’accès humanitaire dans tout le pays (Kaga-Bandoro, Bangassou, Zemio, Bria) et empêche les populations victimes d’accéder à l’aide.

« Nous sommes conscients de la nécessité de notre présence au côté des populations vulnérables mais nous avons été forcés de prendre des mesures pour la protection de notre personnel» regrettent les chefs de mission des ONG concernées. « La sécurité des travailleurs humanitaires est primordiale pour pouvoir venir en aide aux populations civiles dans le besoin. Nous appelons tous les acteurs à rétablir le calme et à respecter le caractère civil et humanitaire des sites de personnes déplacées et l’impartialité des acteurs humanitaires dans l’exercice de leur travail.»

Les ONGI signataires:

  • Rappellent à toutes les parties, leur obligation de protéger les populations civiles et leurs moyens de subsistance ;
  • Appellent les groupes armés à s’engager dans le dialogue, pour réduire la violence, lutter contre l’impunité et trouver une solution pacifique à la crise;
  • Appellent toutes les parties à garantir un accès sécurisé des civils aux secours d’urgence et aux services sociaux de base ainsi que celui des acteurs humanitaires à tous les groupes vulnérables ;
  • Rappellent l’obligation de respecter le caractère civil et inviolable des infrastructures d’aide comme les hôpitaux et les installations humanitaires, comme stipule le Droit International Humanitaire.

Fichier(s) rattaché(s):