Skip to Content

Les restes explosifs de guerre : une menace encore bien réelle à Bangui

Sensibilisation de masse aux populationsLes évènements qui ont impacté la République centrafricaine depuis décembre 2013 ont été marqué par la diffusion massive d’armes légères et de grenades dans les quartiers de Bangui. Cela représente un facteur sérieux de risques dans un contexte sécuritaire encore volatile, auquel toutes les populations sont exposées. Une explosion involontaire, des jets de grenades parmi les populations ou des enfants jouant avec des munitions trouvées dans des débris sont des scènes fréquentes dans certains quartiers de Bangui.

Cette importante présence de Restes d’Explosifs de Guerre (REGs) est un des premiers facteurs empêchant les populations de revenir dans leur quartier. Les grenades et REGs sont également un risque auquel les équipes d'ACTED et les communautés avec lesquelles elles travaillent sont confrontées quotidiennement sur le terrain car ces engins se trouvent souvent parmi les débris des maisons détruites à reconstruire, les hautes herbes à débroussailler ou les caniveaux à curer.

Pour réduire les risques d’accidents et de victimes liés à la présence d’engins explosifs dans les quartiers ciblés de Bangui, ACTED et l’ONG nationale IRAD (Initiatives et Recherches des Actions concrètes de Développement) se sont associées, avec le soutien du service d'Aide Humanitaire de la Commission européenne.

Sensibilisation des risques liés aux REGs Depuis le mois de mars 2015, les équipes d’IRAD ont formé et sensibilisé une vingtaine de staffs ACTED, plus de 2500 bénéficiaires et environ 3500 personnes dans les quartiers d’intervention du projet sur les thèmes: comment reconnaitre une grenade ou un REG? Que faire quand on l’a identifié ? Qui appeler ? La règle N°1 : « ANGUE » ne jamais toucher ou bruler une grenade, elle peut exploser à tout moment !

Grâce à cette initiative, les équipes d’IRAD ont pu récupérer de nombreuses munitions et aucun incident n’a eu lieu sur les chantiers. Les équipes d’ACTED et les populations des zones ciblées connaissent les bonnes pratiques lorsqu’un engin explosif est détecté et savent désormais signaler le danger et éviter les comportements dangereux. ACTED va continuer à travailler dans les quartiers les plus affectés et déserts de Bangui, pour encourager les retours des personnes déplacées, et ces activités continueront d’y être menées.

Distribution d’affiche de sensibilisation aux REGs